Être papa solo… C’est parfois stressant!

J’ai la chance d’être une maman… Je ne pourrais pas être ton père!

Je vous raconte l’histoire d’un jeune papa seul, je l’appelle X. Il a vécu une histoire compliquée, la future maman a préféré faire sa route à part.

C’est un long voyage de grande solitude qui commence pour ce papa!

AVANT…

Ce qui est ressorti le plus souvent, ce que vous vous dites aussi sûrement en tant que futur ou nouveau papa: « je me sens exclu de la préparation à la grossesse, des premiers soins au bébé, je suis juste à côté (ou pas), parfois impuissant, inutile, pas reconnu, pas écouté, pas considéré« . Vous avez peur de ne pas être à la hauteur avec votre conjointe même si elle vous a déjà quitté ou avec votre futur enfant et vous doutez même d’en être le père! L’avant accouchement vous est apparu comme une montagne rude à gravir et la descente n’est pas forcément douce…

Pourquoi vous n’auriez pas aussi le droit d’avoir vos peurs en tant que papa: de la maladie, de l’enfant à venir, de la mort, des problèmes avec votre ex à qui vous êtes lié maintenant pour toujours, le TEMPS partagé, etc…? Vous êtes certes un « super héros » mais vous avez aussi vos faiblesses! Papa pleure aussi parfois, vous avez vos doutes et je vous rassure vous n’êtes pas le seul!!! En plus, vous avez souvent le sentiment de faire beaucoup d’efforts pour votre compagne (ou votre ex), pour que tout se passe bien, qui sont peu remarqués selon vous. Vous ne vous sentez pas valorisé, reconnu comme un « héros ».

Vous vous séparez de votre conjointe alors que vous attendez un enfant, et par dessus tout, c’est elle qui vous quitte! Tout le monde vous dit « c’est vraiment le monde à l’envers » (parce qu’en général c’est le père qui part quand sa compagne est enceinte!!?), mais bon c’est comme ça, il faut que vous appreniez à marcher sur la tête! Déjà que ce n’est pas simple de trouver sa place de père en couple; alors séparé, c’est la grande sensation d’isolement qui vous envahit. Vous croyez que cela n’arrive qu’à vous, d’ailleurs comme tout le monde autour enfonce le clou régulièrement ça ne vous aide pas à vous en sortir… Vous êtes totalement perdu car vous ne savez plus comment vous adresser à votre ex, maman de votre enfant (ou futur). Votre vie est en « dents de scie », à la fois heureux d’être bientôt papa mais très triste de ne pouvoir offrir à votre bébé le cadre idéal ou « normal » que vous aviez toujours imaginé. Vous rêviez d’une famille « normale », vous vouliez partager des moments inoubliables tous ensemble… 

Autour de vous, les schémas ne sont pas les mêmes, vous êtes conscient de vivre une situation exceptionnelle. Vous cherchez partout des personnes qui vivent la même chose qui pourraient vous rassurer (vous voulez vraiment que ça s’arrange avec la maman) mais rien ou presque, personne ne vit la même histoire que vous; vous vous retrouvez vraiment seul. Vous grandissez d’un coup, en passant du jeune homme, « ado attardé » au papa (ou bientôt) qui a déjà des soucis et qui sent le lourd poids des responsabilités l’envahir.

X avait peur de « tout lâcher, d’abandonner, d’être trop fatigué pour lutter, qu’un autre le remplace dans son rôle de père et de ne plus pouvoir voir son enfant, de ne pas pouvoir faire découvrir à son enfant les endroits qu’il aime particulièrement… ». Sa plus grande souffrance c’était d’être loin (ne pas pouvoir sentir l’enfant bouger dans le ventre), comme « déconnecté » de ce début d’histoire de vie. Il lui était très difficile de se projeter comme papa!

Ensuite, Il a perdu (selon lui) beaucoup de temps dans la recherche d’aides, d’informations, de réponses, cela l’a souvent découragé, épuisé… Aujourd’hui avec le recul toutes les formes de soutiens ont été les bienvenues et il est fier d’être resté debout!

Il est important que vous soyez dans un certain état d’esprit, tenir, vous défendre mais ne pas se faire la guerre. Les changements physiques, physiologiques et psychologiques de la futur maman sont bien réels. Cela appartient à la nature et ne peuvent être changés. Les réactions des femmes enceintes sont assez disproportionnées voir pas forcément logiques et réfléchies, les côtés instinctifs, « animaux » ressortent dans ces moments là. Par exemple, certaines font la « couvade », la solution est parfois juste d’attendre que ça passe! Il y a aussi une foule de questions qui vous envahissent: Comment choisir le prénom ensemble? allez-vous assister à l’accouchement, si oui dans quelles conditions? Voulez-vous que l’enfant reçoive un sacrement? Quel mode de garde choisir, nounou, crèche? Et surtout quels seront tes moments partagés avec votre enfant? Tout cela demande beaucoup d’énergie, d’investissement personnel et de diplomatie avec la mère!

BREF ça c’était AVANT, puis la grande aventure a commencé, BEBE est arrivé…

…et tout s’est enchainé! C’est à ce moment que tout est compliqué pour vous car la maman et le bébé sont comme des inséparables… Mais vous voulez aussi profiter de votre enfant, le voir grandir, changer, participer à son éducation, son éveil… Et vous avez raison, le père est aussi important pour l’équilibre de l’enfant! Vous commencez à vous poser des questions sur le rôle d’un père, son importance, sa place… Et forcément vous vous basez sur vos expériences personnelles, donc votre propre enfance ressurgit avec ses côtés positifs ou négatifs (toujours en dents de scie!), vos émotions sont aussi soumises à rudes épreuves… Et puis finalement, à la différence de la mère vous recevez l’enfant d’un coup!

vous avez besoin de modèles pour devenir père, le votre, parfois votre grand-père ou bien un autre homme, qui vous a impressionné dans ce rôle, auquel vous voulez vous identifier. Mais parfois c’est difficile d’avoir ces repères justement, car l’entourage familial ou proche ne vous a pas apporté l’équilibre escompté. Dans ce cas là il faut essayer de faire « au mieux », apporter à l’enfant ce que vous auriez aimé avoir, ce que vous attendiez de votre père – C’est finalement un magnifique challenge, le plus beau défi du monde! Ce que d’autres n’ont pas forcément réussi, vous pouvez le faire! Là je re-booste les biceps du super héros qui sommeille en vous! L’important est que vous gardiez confiance.

Malheureusement, si la maman n’est pas compréhensive, si elle n’a pas conscience que le papa est important aussi pour l’équilibre et l’éveil de son enfant, ce ne sera pas facile pour vous, séparé de votre enfant (faut être honnête aussi…). Car oui le lien mère-enfant est sacré (et justifié surtout les premiers mois de l’enfant). Par exemple en Chine, le père est mis à l’écart pendant le premier mois qui suit l’accouchement! En France, l’aspect positif est que la loi protège un peu mieux les droits des pères qu’il y a quelques années. Cependant cela ne sert à rien de « vous user » en vous battant contre des murs. Vous essaierez de ne pas « craquer » devant votre bébé surtout car même s’il est tout petit, qu’il ne parle pas, il a des yeux, des oreilles et une mémoire qui fonctionnent bien.

Une mère qui veut éloigner son enfant de son père ne sera jamais gagnante au final. Et surtout, quoiqu’elle dise c’est l’enfant qui en pâtira…

Quelles AIDES pour papa stressé?

  • Entourage familial et amical avant tout! Parfois ils jouent le rôle de médiateur aussi. Mais cela peut être délicat, il faut des personnes assez neutres pour jouer ce rôle, qui gardent un certain recul dans l’histoire et qui ne vous jugent pas non plus (ou votre ex compagne). Trouvez des oreilles de confiance pour vous décharger de toutes vos tensions (pas toujours sur la même personne, c’est mieux, car l’entourage souffre aussi de votre situation). N’ayez pas peur de demander des conseils. N’ayez pas peur de pleurer parfois…
  • Forum sur  « jeunepapa.com »: c’est fait pour discuter, poser des questions, répondre aux autres…
  • Blogs comme: « papa panique », « Till the cat », « Papa blogueur.fr » par exemple… Si vous voulez vous exprimer sous mon article, vous le pouvez aussi, je vous répondrai comme j’ai répondu à X. Vous devez partager avec d’autres pères sur votre situation.
  • En tant que père vous avez aussi des droits: à la PMI avec des puéricultrices que vous pouvez consulter et qui peuvent vous prêter du matériel (car oui quand vous êtes papa solo, c’est tout en double pour bébé!), à la clinique / maternité par le biais de la gynécologue qui peut vous orienter vers une psychologue (ce n’est pas que pour les malades!). Il existe aussi des médiateurs mais dans le cas de X, elle ne l’a pas rassuré du tout! L’administration, la justice… le mieux c’est d’éviter en fait!
  • Associations sont d’une grande aide car ce sont des personnes souvent qui ont eu une expérience similaire. Ces personnes sont compréhensives, elles ne jugent pas: SOSpapa.net. nationale et locale
  • Vous pouvez aussi demander à votre médecin de famillel’obstétricienne (rien ne vous interdit de la rencontrer même si la mère ne veut pas que vous assistiez aux échographies)

L’important est d’être entouré, se sentir moins seul et pouvoir partager avec d’autres qui ont eu la même expérience ou qui la vive encore pour se soutenir, s’entraider…

Conclusion avec le recul de X: prendre l’initiative, agir, toujours maintenir la communication, et profiter de l’ensemble des aides à sa disposition! Cela lui a permis de traverser cette étape sans trop de dégâts… Aujourd’hui il peut aider d’autres pères, son expérience l’a grandi. Il progresse tous les jours dans son rôle « aménagé » de papa… Les dents de scie sont devenues des vallons (c’est l’image qu’il donne!).

….

Quelques mois plus tard…

Papa et l’enfant ont une relation magnifique, le lien est très fort! Ils ont la chance de se voir souvent! Le VOYAGE ensemble est beau et se poursuit…

Et vous, avez-vous vécu une histoire similaire? Qu’est ce qui a généré le plus de stress pour vous dans votre rôle de nouveau père? Qu’est-ce qui vous a aidé? Vous pouvez répondre ci-dessous dans les commentaires, merci!

bye bye…

Hélène

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.