« Grain de paix, grain d’amour » poésie de Chrystom

Lecture en vacances, au ski, dans le grand blanc…

Livre de poèmes de Chrystom,

Lauréat du prix « jeunes auteurs d’Afrique » UNESCO, 2005

Premières impressions… Pour Chrystom,

Extrait P.63/64: « En quête de la paix,

(….) Je me suis fait fossoyeur de ton âme                                                                  Comme un chercheur de diamants                                                                                Sans pioche ni pelle                                                                                                        Rien qu’avec ma plume                                                                                            Jusqu’au tréfonds de la terre souillée                                                                                Où le soleil est sans porte                                                                                                 Je me suis fait chasseur de ton âme                                                                                Sans fusil ni chien                                                                                                              Rien qu’avec ma plume (….) »

Voici mes poèmes préférés, ceux qui m’ont le plus interpelé en première lecture car ils ont touché une « plume » de mon être:

  • Recto verso p.65 « (…) Mais une âme de fée – Dans ses yeux suaves – Eponge obsédantes mes souffrances –  Rincées au vinaigre noir du désespoir plein (…) »,
  • Mendiant d’amour p.85 « Un jour de la deuxième lune de l’an – Je sentis brisée la paroi de mon coeur lent – Un violent vent venait de s’abattre sur mon être (…) »,
  • Baiser aquatique de noce p.90 « Deux diamants brillent sur l’écran ivoirin – De ses candides yeux d’émeraude – Sous l’arc-en-ciel basané des sourcils (…) »
  • Amour envolé partie p.108 « (…) La fille, luisant d’or, s’en va – Toute appétissante, s’en va – Loin, au fond noir des nuits, des jours (…) »,
  • Diète de ma grand-mère p.124 « (…) De ma nasse de fines brindilles, je piégeais – Les étoiles qui, les soirs lumineux – A l’eau venaient se mirer et se laver (…) ».

Voici à présent ce que m’a inspiré la lecture du recueil… Avec mes mots ou parfois mélangés!

Dans mon univers langoureux

De paix blanche comme la neige,

Bercée par les remous voluptueux

De la richesse dorée…

Autre continent, autres éléments, autres sensations,

Mais pourtant partagées… 

Dans le blanc du blanc et dans le ciel bleu,

La pureté de l’instant m’étonne!

L’homme de noir vêtu au regard rêveur,

Se revêt aussi langoureux

De son manteau blanc

Accentuant ainsi, un instant, le côté bienfaisant…

Les gens ainsi semblent heureux

Et m’inspirent ou me passionnent!

 

Toute une histoire d’éléments,

Tous les 5 s’enchevêtrant…

Tout dépend du moment et de l’environnement

Espace influences-tu ou bien le temps?

Nature et éléments…

Machines ou sentiments?

Arme, blancheur ou pureté?

Paix, froid, métal ou blanc?

Rouge, sang, passionnément?

Passion, chaud ou été?

Dans le yin ou le yang, la dualité

A chacun son bon côté…

 

L’arme-toi de l’épée

Sois vêtu bienheureux

Du linceul de la paix

Faut-il s’en habiller?

 

Harmonisant tout ça

Au milieu de la glace

Dans le jaune me délasse…

Tel un oeuf dans son blanc

Me balafre le coeur dans le silence blanc

Ces enfants hurlant ou chahutant!

L’éventrant et tachant de rouge sang

La blancheur du moment

Moi savourant ma bière reluisant

De son jaune adoré

Laisse s’évaporer l’écume blanche de la paix

Or blanc tu scintilles et tu brilles

Sous les rayons de ton soleil

 

Or rouge de la guerre, de l’amour

L’amour nait du rouge, passion

La paix dans le blanc

Le GRAIN, ou graine d’amour, la vie naissant,

Se retrouve aux « 5 phases » dans le REIN 

Lieu de semences et Procréation

Le REIN, le froid, l’hiver

Source de la vie, de l’amour…

 

De l’atrocité de la guerre à l’espoir et la beauté de l’amour

Relie les corps et sentiments aux éléments

Ode à notre nature profonde liée à la terre-mère

 

Année « coq de feu » : métal et feu, guerre ou passion…

Mélange du « verbe », de la parole, de l’écriture et de la vie…

 

Hélène,

Merci Chrystom pour ce recueil émouvant!

Laisser un commentaire